Views
11 months ago

Maintenance & Entreprise n°663

  • Text
  • Expertise
  • Innovation
  • Gestion
  • Afin
  • Solutions
  • Septembre
  • Octobre
  • Entreprise
  • Maintenance
Dossier : Le Centre-Ouest prêt pour la reprise

PRATIQUE DES SOLUTIONS

PRATIQUE DES SOLUTIONS POUR LA MAINTENANCE RETAIL nombreuses années par des retailers. Les attentes de Total portent sur le processus de gestion des demandes d’intervention. Il faut, en effet, que dans chaque station-service, le responsable de chaque station puisse faire une demande d’intervention. Un modèle de station-service a été donc construit et répliqué dans tous les pays. Quel que soit le lot technique du site, le responsable doit être capable de se repérer dans l’arborescence. Il a accès à sa station-service et peut descendre dans l’arborescence pour voir tous les équipements bien rangés dans un arbre qui est toujours le même dans chaque station avec les mêmes lots techniques dans toutes les stationsservices, les fonctions et les équipements. Quand il a sélectionné l’équipement qui a le problème, en centrale, le service technique du pays reçoit la demande de la station-service et peut savoir vers quel lot technique il faut envoyer le prestataire et avec tel type de contrat. Un processus de notification de prestataire signale alors le lieu d’intervention et le dépannage contractuel. Puis le prestataire doit taper les informations sur son passage : la date et la résolution du problème, son bon de livraison. Tout ceci est ensuite reçu par le siège et tracé. Il y a donc un travail important sur la partie de processus d’intervention. En parallèle, toujours des contrôles réglementaires sont effectués par des prestataires extérieurs. Cela permet une bonne visibilité du respect de la réglementation et des processus numériques des mises à jour des équipements. Nous retrouvons ces besoins chez les retailers suivants. L’enseigne L’Incroyable figure aussi parmi nos clients. Cette chaine de décoration et d’aménagement créée en 1981 dispose de 36 points de vente dans les Hauts-de-France et 34 000 m 2 d’entrepôts logistiques. Concernant les enjeux de dématérialisation de processus, elle a décidé de chercher un logiciel de la Gestion de la Maintenance Assistée par Ordinateur (GMAO) afin de suivre son parc immobilier. L’enjeu pour ce retailer, c’est de maîtriser les contrôles réglementaires, les demandes d’intervention et les processus numériques avec une maintenance éclatée sur un grand nombre de sites et avec beaucoup de prestataires extérieurs. Si nous sommes en train « La maintenance corrective peut être assurée par des équipes internes. » Améliorez la connaissance des équipements avec la tablette. d’évoluer dans ce marché du retail, nous sommes plus adaptés pour des enseignes de taille intermédiaire. A QUELLES FONCTIONS DE LA GMAO LA MAINTENANCE RETAIL FAIT-ELLE APPEL ? J.L.S. : Le premier niveau incontournable est la maintenance corrective car les pannes arrivent toujours et les défauts doivent remonter très vite. Elle doit être donc très fluide. Il est alors nécessaire d’avoir un portail d’interventions très simple pour que les personnes dans les magasins ou les points de vente puissent signaler un accident très rapidement et cela permet alors de remonter dans le processus. Cela est réceptionné souvent par les services techniques en centrale qui gèrent l’ensemble des points de vente d’une zone, d’une région ou d’un pays. Ensuite, cela part très souvent chez des sous-traitants qui sont souvent sous contrat ou avec lesquels un devis est demandé. Après, il y a le suivi d’intervention et du respect du délai et de la qualité et l’étape de réception de la facturation. La maintenance corrective peut être assurée par des équipes internes. Le niveau 2 est, quant à lui, celle de la maintenance réglementaire qui consiste à s’assurer par des contrôles obligatoires que l’on a bien entretenus, contrôlé et vérifié les installations. Les contrôles réglementaires sont réalisés par des bureaux de contrôle qui sont habilités pour contrôler l’électricité, les portes automatiques… Des sociétés privées peuvent aussi être habilitées. C’est le cas de notre 42 I MAINTENANCE & ENTREPRISE • N°663 • Août - Septembre - Octobre 2021

DES SOLUTIONS POUR LA MAINTENANCE RETAIL PRATIQUE autre client, Mesure Process spécialisé dans le contrôle réglementaire de distribution ou de stockage du carburant. Il assure toute la partie Jaugeage qui est le système de mesure du carburant. Enfin, le niveau 3 concerne la maintenance préventive pour éviter les pannes. Si elle n’est pas obligatoire, elle permet de diminuer le nombre de pannes et de réfléchir en fonction de préconisations de constructeurs, de son histoire personnelle et de son expérience à quels entretiens réguliers peut-on faire pour empêcher les pannes ou maintenir en condition opérationnelle les équipements. Il peut avoir des opérations de nettoyage et de contrôle visuel ainsi que des inspections. Tout cela est réalisé par l’équipe interne ou les prestataires sous contrat. Par exemple, pour les CVC , on fait souvent appel à des sociétés extérieures et on leur confie une partie de cette gestion de la maintenance et le choix de production de l’énergie. Des prestataires comme Dalkia et Engie, font de l’entretien pour les retailers (nettoyage et changement des filtres, vérifications régulières…) QUELS SONT LES POINTS COMMUNS ENTRE LA MAINTENANCE RETAIL ET LA MAINTENANCE INDUSTRIELLE ? Gagnez en efficacité sur le terrain J.L.S. : Le logiciel est le même que ce soit pour L’Incroyable ou la société d’emballages carton DS Smith. Dans un cas, pour l’usine, on crée l’arborescence avec la machine de production et de fabrication, l’onduleuse, la machine qui fait le cartonnage. Dans l’autre cas, avec les magasins, on découpe de manière logique un magasin en zones de vente et non de fabrication. Néanmoins, il y a la même approche géographique : des zones avec celles de fabrication ou de vente où il y a des équipements. Dans l’un, se trouveront des racks, frigidaires, imprimantes, caisses enregistreuses. En revanche, dans l’autre, il y aura des machines de fabrication. Que ce soit une usine ou un bâtiment, ils ont des utilités, des énergies, de la climatisation, de l’électricité, de l’éclairage qu’il faut maintenir. Ensuite, les deux secteurs veulent faire des interventions le plus rapidement possible. Les demandes d’intervention sont, en effet, les points communs entre l’industriel et le retailer. De plus, on doit être capable de gérer une intervention en quelques clics sur une application mobile. Mais la différence réside dans le fait que le retailer aura moins d’équipes internes. « Les maintenances tertiaire et retail ne raisonnent pas que sur la technologie physique mais aussi sur l’interface. » QUELS ENSEIGNEMENTS LES PROFESSIONNELS DE LA MAINTENANCE INDUSTRIELLE ET TERTIAIRE PEUVENT AVOIR DES PRATIQUES DE LA MAINTENANCE RETAIL ? J.L.S. : L’industrie est souvent en avance. Les technologies numériques arrivent, en effet, avec force dans l’industrie avec la réalité augmentée, les objets connectés et l’impression 3D. Les maintenances tertiaire et retail ne raisonnent pas que sur la technologie physique mais aussi sur l’interface. Elles sont très à l’aise avec l’usage des applications et de logiciels. Le secteur du retail veut que cela aille vite et que cela soit simple et collaboratif. Ces métiers auront un autre niveau d’exigence et miseront plus sur l’interface, l’ergonomie et les processus. De plus, les retailers font appel à un nombre important de sous-traitants. Mais certains constituent des équipes de maintenance internes pour regagner en connaissance de leurs sites. Ils sont donc en train de professionnaliser leurs services de maintenance. QUELS SONT LES ATOUTS DE VOTRE DERNIER PRODUIT PAR RAPPORT AUX AUTRES PRODUITS EXISTANT SUR LE MARCHÉ ? J.L.S. : Notre solution Dimo Maint MX SAAS est moderne, très simple, intuitive et adaptée aux attentes des besoins métiers. Elle a été lancée en 2016. Elle permet de prendre plaisir à déployer son projet GMAO de manière rapide et efficiente et de réussir son accompagnement mobile. Son application mobile Android / iOS est pensée pour un usage sur le terrain en mode déconnecté. Enfin, notre solution est communicante au travers d’API webservices et propose des intégrations avec le BIM, la GTC , les ERP . QUELS CONSEILS PRATIQUES ET LES POINTS DE VIGILANCE POUVEZ-VOUS DONNER SUR SON UTILISATION ? J.L.S. : Voici des conseils pratiques pour réussir son projet GMAO : nommer un chef de projet, préparer ses données, définir des objectifs simples à atteindre et évolutifs et anticiper la communication et l’accompagnement au changement ● Propos recueillis par Valérie Brenugat MAINTENANCE & ENTREPRISE • N°663 • Août - Septembre - Octobre 2021 I 43

Maintenance et entreprise - Découvrez la revue en version digitale

Pour vous abonner, joindre la rédaction, communiquer dans la revue ou simplement avoir plus d'informations sur votre métier, rendez-vous sur notre site internet :

www.maintenance-entreprise.com