Views
2 years ago

Maintenance & Entreprise n°659

Dossier : Spécial Grand Est et Bourgogne Franche-Comté

MAINTENANCE EN RÉGIONS

MAINTENANCE EN RÉGIONS AVIS D’EXPERT « La GlobalBox » : la maintenance 4.0 au service de la productivité des entreprises Là où les entreprises cherchent à améliorer leur TRS , la maintenance prévisionnelle bien souvent appelée maintenance prédictive par abus de langage, est en mesure de jouer un rôle important dans l’amélioration de la disponibilité des équipements par l’anticipation des défaillances. © DR Patrice Fortea, chef d’entreprise d’Actemium Maintenance Belfort Depuis plusieurs années, Le parc industriel français ne cesse de vieillir, impliquant un accroissement des pannes malgré les politiques de maintenance préventive mises en place par les services maintenance. Réduire la gravité des pannes et les arrêts fortuits devient ainsi le principal axe de travail pour un service maintenance et son ingénierie. Pour ce faire, l’entreprise Actemium Maintenance Belfort (Vinci Energies) confrontée à ce type de problématiques sur les contrats de maintenance a développé un outil prenant en compte les conditions réelles d’utilisation : La GlobalBox. « Global » car la GlobalBox peut s’adapter à tous les équipements et récupérer l’ensemble des données nécessaires. Cette box donne la possibilité de concentrer les données provenant de multiples types de capteurs (process, vibratoire, température, électrique, fluides, etc…) filaires ou non et de contrôleurs (CN, automate, variateur, via Profinet/Profibus/Modbus TCP/IP/…) Par ses capacités de communication, elle met à disposition de la couche supérieure des données brutes (GMAO, Supervision, Serveur Web/FTP, Tableau de bord) ou traitées (analyse vibratoire) et des alertes sur des dépassements de seuils ou des dérives suspectes ; avec la possibilité d’envoi automatique de messages (SMS, courriel). Selon le mode de communication autorisé ou non avec l’extérieur, la télémaintenance est également disponible, autorisant, par exemple, une expertise à distance pour « Notre GlobalBox nous a permis de mettre en évidence chez plusieurs clients, des collisions avec la broche ayant une incidence sur la qualité d’usinage. » valider une alerte. Cependant, les données associées à des écrans spécifiques et dédiés à la maintenance, aux méthodes et aux opérateurs, sont également accessibles sur la GlobalBox au pied de l’équipement (Ecran ou Wifi). Enfin, à l’apparition d’un événement grave (détection de chocs en cours d’usinage par exemple), la GlobalBox peut agir directement sur l’équipement pour le mettre en sécurité. C’est en mettant en place cet outil sur de nombreux équipements, du type machines-outils et ponts roulants que les équipes d’Actemium Maintenance Belfort ont pu contribuer à l’amélioration du TRS en ayant un impact tant sur la qualité des produits que sur la disponibilité des équipements ainsi que sur la réduction des coûts de maintenance. « Notre GlobalBox nous a permis de mettre en évidence chez plusieurs clients, des collisions avec la broche ayant une incidence sur la qualité d’usinage. Le fait de pouvoir remonter rapidement à la cause racine, nous a orienté dans le choix des actions majeures à mener et dans notre cas présent, à travailler sur une meilleure sensibilisation, voire formation des opérateurs ; Avec pour conséquence indirecte, l’augmentation de la durée de vie de la broche » souligne Patrice Fortea, chef d’entreprise d’Actemium Maintenance Belfort. Ce retour d’expérience n’a fait que consolider la pertinence de cet outil quant à son utilisation à plus grande échelle. Facile à mettre en œuvre avec ses connexions de type « Plug and Play » et 26 IMAINTENANCE & ENTREPRISE • N°659 • Septembre - Octobre - Novembre 2020

MAINTENANCE EN RÉGIONS un paramétrage très simple, la GlobalBox permet l’exploitation très rapide de données issues de machines simples telles que les moto-ventilateurs, motopompes, convoyeurs, groupes hydrauliques, etc… Lorsque les équipements sont considérés comme complexes, une étude complète de l’équipement de type AMDEC permettra d’identifier les sous-ensembles critiques, les défaillances potentielles, et les grandeurs physiques images de celles-ci, puis les capteurs ainsi que les indicateurs associés. Cette étude requiert des compétences en Ingénierie de maintenance, le savoirfaire du technicien, et la connaissance du procédé client. La mise en place d’une méthode de type MBF (Maintenance Basée sur la Fiabilité) est alors conseillée. Quel que soit l’équipement industriel la pertinence des mesures est essentielle pour indiquer l’état des pièces critiques et d’aller vers une maintenance que l’on qualifiera de maintenance en « juste à Suivi vibratoire sur palier et chaine de convoyeur © DR temps ». A l’heure actuelle, l’analyse de ces données de maintenance est encore bien souvent réalisée par l’humain. Les développements actuels montrent que l’intelligence artificielle permettra d’établir des « check-up » complets des équipements. Pour y parvenir, il est tout d’abord primordial d’identifier les « données utiles » pour alimenter sainement, en termes de développement durable, les algorithmes. Les données ainsi collectées peuvent être l’exclusivité du client ou avec son accord, être partagées pour améliorer en continu les processus d’analyse. Aujourd’hui, il est tout à fait possible d’alimenter ce processus, en réalisant de la « Smart Data » associée à la capacité d’analyse de spécialistes métiers. ● Patrice Fortea MAINTENANCE & ENTREPRISE • N°659 • Septembre - Octobre - Novembre 2020 I27

Maintenance et entreprise - Découvrez la revue en version digitale

Pour vous abonner, joindre la rédaction, communiquer dans la revue ou simplement avoir plus d'informations sur votre métier, rendez-vous sur notre site internet :

www.maintenance-entreprise.com