Views
2 years ago

Maintenance & Entreprise n°655

  • Text
  • Industriels
  • Industrielle
  • Ainsi
  • Entreprises
  • Consignation
  • Septembre
  • Solutions
  • Octobre
  • Entreprise
  • Maintenance
La maintenance du Grand Ouest p.20

TERTIAIRE OPTIMISER LA

TERTIAIRE OPTIMISER LA MAINTENANCE AVEC LE BIM, LA GTB ET LA GTC Nous sommes également capables de travailler sur tout type d’ouvrage industriel mais aussi tertiaire, hospitalier etc. ainsi que sur l’ensemble des logiciels BIM du marché. « Nous sommes également capables de travailler sur tout type d’ouvrage industriel mais aussi tertiaire, hospitalier etc. » M&E : QUELS SONT LES CRITÈRES DE CHOIX DES PRESTATIONS DE VOS CLIENTS ? B.B. : La combinaison de notre savoir technique et d’un prix raisonnable. En plus de s’engager sur les prestations, ENGIE- Axima garantit les résultats et s’engage financièrement sur ces résultats. Il est reconnu pour son savoir-faire technique dans le monde industriel. Les enjeux sont, en effet, élevés et les sites complexes. Axima dispose d’une assise très forte dans le milieu industriel. Enfin, il s’engage sur toute la chaine de valeurs : conception, réalisation et maintenance-exploitation. M&E : QUELS MATÉRIELS NÉCESSITE L’UTILISATION DE L’OUTIL BIM PAR LES CLIENTS DE LA MAINTENANCE INDUSTRIELLE ? B.B. : Avant de se lancer dans le choix de matériel, il faut plutôt parler de maturité des industriels par rapport au BIM. Nous pouvons mettre des hommes, des serveurs, PC, License etc. à la disposition de nos clients. Ce n’est donc pas vraiment un problème en soi. La question est plutôt dans la connaissance du BIM et de savoir pourquoi c’est un outil formidable et comment l’utiliser. Et aujourd’hui, chaque industriel a au moins un PC sur lequel faire tourner une maquette BIM. Notre but, c’est d’accompagner et d’intervenir, être complémentaire pour la mise en place de l’utilisation de cette maquette BIM. Nous sommes même capables de proposer la mise en place d’un outil BIM et de facturer à l’utilisation les clients : BIM as a service. « Nous sommes également capables de proposer l’utilisation du BIM à l’utilisation : BIM as a service. » M&E : POUVEZ-VOUS M’INDIQUER DES CLIENTS INDUSTRIELS ? POUVEZ-VOUS DONNER UN EXEMPLE D’APPLICATION DANS L’INDUSTRIE ? QUELLE ÉTAIT LA PROBLÉMATIQUE ? QUELS ONT ÉTÉ LES RÉSULTATS ? B.B. : Je ne peux, sous couvert de confidentialité, citer certains clients. Cependant, nous pouvons citer quelques grands noms avec qui nous travaillons comme Soitec, le CEA, ST Microelectronics, les Chantiers de l’Atlantique… Concernant l’exemple je peux citer un cas que j’ai un peu aborder. Nous avions un client qui avait une fuite sur une cuve alimentant son process industriel. La problématique étant : comment couper le process pendant une durée minimale et remplacer cette cuve ? Nous devions aussi s’assurer que cette cuve puisse « sortir » du bâtiment et que la nouvelle « rentre » dans le bâtiment avec toute les questions de logistiques que cela impose puisque cette fameuse cuve est en plein milieu de l’usine. Des questions portaient alors sur le découpage de l’ancienne cuve (sur place ?) ou la rentrée d’une nouvelle cuve entière ou en pièces détachées qui auraient été ensuite remontées. Il y avait donc plusieurs enjeux sur la coupure du process, la manutention et donc choisir le scénario optimal. Ainsi, pour choisir ce scénario, nous avons scanné une partie de l’usine avec cette cuve afin de regarder les arrivées et les sorties en termes de process (électrique, alimentation eau…). Nous avons réalisé une maquette BIM. Et nous avons réalisé nos études de scénarios sur cette maquette BIM : manutention (sortir cette cuve et entrer la nouvelle avant que les travaux débutent), choix technique (quel modèle de cuve il fallait acheter pour qu’elle puisse entrer et sortir sans la démonter). Après, avec le client et son process, nous avons décidé quel choix était le plus évident dans le calendrier par rapport au temps qu’il nous restait par rapport à la fuite pour que l’arrêt du process soit le plus court possible et que le client perde le moins d’argent. Donc nous avons effectué une étude en amont permettant de résorber le risque de coupure de process et nous avons optimisé le chiffrage et la mise en œuvre du changement de cette cuve puisque quand nous avons eu tous les éléments, nous avons coupé le process sur le temps le plus court possible. Sans le BIM et la 3 D, cela nous aurait pris 3 semaines ou 1 mois à mettre en place alors que quelques jours ont suffi avec la BIM. Pour les travaux, nous avons garanti une durée d’arrêt de process. Finalement, le changement de la cuve a été réalisé en 3 jours entre l’arrêt et le démarrage. Nous avons su dire au client combien de temps nous allions arrêter précisément le processus et cette fameuse cuve. Cela a permis au client de produire des pièces en avance pour gérer du stock et boucler le process au moment souhaité. ● Propos recueillis par Valérie Brenugat 62 IMAINTENANCE & ENTREPRISE • N°655 • Septembre - Octobre 2019

10 ème édition Intelligent Building Systems SALON DE LA PERFORMANCE DES BATIMENTS TERTIAIRES, INDUSTRIELS ET COLLECTIFS Build smart, for a smart future. 2 JOURS • 30 CONFERENCES • 25 ATELIERS • 200 EXPOSANTS • 7 000 VISITEURS 2 & 3 octobre 2019 PARIS EXPO PORTE DE VERSAILLES Votre badge d’accès visiteur gratuit sur : www.ibs-event.com Platinum Sponsors :

Maintenance et entreprise - Découvrez la revue en version digitale

Pour vous abonner, joindre la rédaction, communiquer dans la revue ou simplement avoir plus d'informations sur votre métier, rendez-vous sur notre site internet :

www.maintenance-entreprise.com