Maintenance & Entreprise n°632

  • Finale
  • Maquette
  • Techniques
  • Nouvelle
  • Travail
  • Entreprises
  • Technique
  • Ainsi
  • Solutions
  • Gestion
  • Gmao
  • Maintenance
Maintenance expo 2013

A chaque besoin de GMAO

A chaque besoin de GMAO … sa solution Mister Maint ! La GMAO qui a tout d’une grande Osez la puissance 10 Web Evolution Adoptez la web 2.0 attitude 60, Rue Négrier - 59420 MOUVAUX - Tél. : 33 328 36 84 84 Octobre-Novembre-Décembre 2013 – N°632 contact : infos@itm.fr - La gamme de GMAO Mister Maint est éditée par ITM

S Edito Les services à l’industrie CONCEPTION ÉDITORIALE & RÉALISATION MRJ-Presse 54, boulevard Rodin 92130 Issy-les-Moulineaux Tél. 01 73 79 35 67 . Fax 01 34 29 61 02 (La rédaction n’est pas responsable des documents qui lui sont adressés, sauf demande express, ceux-ci ne sont pas retournés) RÉDACTION Rédacteur en chef Jean-François Romain (jf.romain@mrj-corp.fr) Ont participé à ce numéro : Jean Mehdi Benhamina, Denis Besnard, Jean-Paul Emmanuele, Franck Guarnieri, Eric Lebert, Robert Legendre, François Précope, Olivier Rieffel, Jérémie Roboh MAQUETTE RVJ-WEB (www.rvj-web.com) PUBLICITÉ Tél. 01 73 79 35 67 Chargé de clientèle Patrick Barlier (p.barlier@mrj-corp.fr) DIFFUSION ET ABONNEMENTS www.maintenance-entreprise.com Prix du numéro : 25 € Abonnement 4 numéros : 85 € Etranger : 100 € Règlement par chèque bancaire à l’ordre de MRJ COMITÉ D’ORIENTATION Pr A. Aoussat (ENSAM - CPI), MmeY. Bufquin (SNCT), Me A.-J. Darmon (avocat au Barreau de Paris), Mme D. Eyraud (FIEEC), M. Gabriel (ESSTIN-Univ. Nancy I), M. Yoann Kassianides (Sirmelec), M. Hervé Rebollo (DLR), Pr Tahiri (ENIM, Maroc), Pr Zwingelstein (Univ. Paris XII) IMPRESSION Imprimerie de Champagne ZI les Franchises – 52200 Langres Trimestriel Octobre-Novembre-Décembre 2013 - N°632 N° ISSN : 1154-6433 Commission paritaire : 0414 T 86493 Dépôt légal : à parution Toute reproduction partielle ou globale est soumise à l’autorisation écrite préalable de MRJ Membre du REPM-EMPN (Réseau Européen de la Presse spécialisée en Maintenance – European Professional Maintenance Press Network) DIRECTEUR DE LA PUBLICATION Jérémie Roboh Maintenance & Entreprise est éditée par MRJ, Visuel de couverture Bentley Ce n° comporte deux encarts brochés, Apisoft et Mewa Sous-traitants du nucléaire, ce n’est pas du cinéma Ce n’est pas si souvent qu’une œuvre de création, une fiction, soit en mesure d’interpeller à ce point les métiers de la maintenance industrielle. Le film Grand Central est certes avant tout une poignante histoire d’amour. Mais si l’œuvre de la réalisatrice Rebecca Zlotowski mérite toute l’attention d’une revue professionnelle comme la nôtre, c’est que le jeu des acteurs et leur environnement sont d’une justesse et d’une précision particulièrement documentées. Je vous engage à lire dans ce numéro l’interview de Claude Dubout, lui-même professionnel du nucléaire et conseiller sur le film. L’industrie est très rarement le cadre d’œuvres de fiction, beaucoup moins en tout cas que la vie de bureau ou le milieu des affaires, du commerce ou de la politique. L’usine offre sans doute un décor manquant du glamour propre à susciter l’intérêt d’un public avide d’évasion et qui ne désire rien moins que retrouver dans une œuvre censée le divertir l’ambiance souvent pénible de son cadre de travail. L’environnement économique et la position sociale des personnages sont le plus souvent juste suggérés : les personnages appartiennent généralement à une classe moyenne indéterminée, ou upper middle class en qui tout le monde peut se reconnaître, s’identifier, ou aspirer. L’usine sera ainsi jugée pas assez noble, dépassée dans une société dominée par les activités tertiaires, ou tout simplement trop vulgaire pour servir de cadre à une « belle » histoire humaine. De plus, il faut admettre qu’il est difficile de représenter l’environnement industriel : l’usine en effet ne fournit pas un décor neutre, elle influe sur les personnes, les comportements, les corps mêmes… L’usine a aussi sa vie propre, elle naît, croît, dépérit, se transforme ou… meurt au gré des innovations technologiques qu’elle aura su intégrer ou non. Et la fermeture d’une usine suscitera toujours une émotion semblable à un deuil. Les bureaux, eux, changent d’occupants et d’occupations, ou disparaissent tout simplement. Sauf de façon caricaturale, outrancière, misérabiliste ou encore militante, ce qui revient souvent au même, les conditions réelles de travail sont absentes des représentations que ce soit en littérature, au cinéma ou au théâtre. Seul l’essai sociologique ou le documentaire semblent susceptibles de rendre compte de ces vérités du travail humain qui dérangent toujours. Nos sociétés très policées (trop lisses et trop polies ?), où l’insulte et parfois l’acte délinquant sont pudiquement qualifiés d’incivilités, gomment les affrontements afin de préserver un « savoir vivre ensemble » problématique. L’usine demeure un être lourd de menaces car elle reste le lieu des confrontations violentes possibles. Et en son sein, l’organisation moderne de la production – fondée sur l’externalisation et le morcellement des fonctions - a suscité une nouvelle catégorie de travailleurs, trop isolés pour constituer une classe, les sous-traitants qui représentent peut-être l’ultime phase d’un prolétariat contemporain. C’est aussi tout cela que donne à voir Grand Central renouant ainsi avec la veine artistique « Front popu » d’un Renoir et d’un Prévert. Dernière précision, le film n’a pu être tourné dans une centrale française. Jean-François Romain Octobre-Novembre-Décembre 2013 – N°632 5

Maintenance et entreprise - Découvrez la revue en version digitale

Pour vous abonner, joindre la rédaction, communiquer dans la revue ou simplement avoir plus d'informations sur votre métier, rendez-vous sur notre site internet :

www.maintenance-entreprise.com