Maintenance & Entreprise n°632

  • Finale
  • Maquette
  • Techniques
  • Nouvelle
  • Travail
  • Entreprises
  • Technique
  • Ainsi
  • Solutions
  • Gestion
  • Gmao
  • Maintenance
Maintenance expo 2013

Dossier GMAO Etat des

Dossier GMAO Etat des lieux > Regards croisés sur un marché en mutation Nous avons souhaité recueillir la vision d’acteurs significatifs sur le présent et l’avenir du marché des logiciels de gestion de maintenance. Nous vous présentons en exclusivité les témoignages de Carlo Fichera, le directeur de Siveco, Sacha Lukic, chef du service maintenance et Directeur de l'activité Mainta d’Apave Alsacienne, et Jean-Marc Taclet, responsable de l’offre EAM d’Euriware, intégrateur de différentes solutions de GMAO... En les remerciant d’avoir accepté de participer à cette table ronde riche d’enseignements et étayée de leur solide expérience. Quelle est votre vision aujourd’hui du marché des logiciels de GMAO et des grands acteurs éditeurs et intégrateurs ? Carlo Fichera. Le marché des logiciels applicatifs et celui de la GMAO par la même occasion, est depuis quelques temps en pleine mutation. Ces mutations sont dues à l’accélération des technologies informatiques dans les réseaux étendus, dans le cloud, la mobilité etc. Il s’ensuit que les entreprises et les groupes, d’un côté standardisent, centralisent, externalisent leurs applications et qu’en même temps ils sont poussés à rendre l’information accessible en ligne à tous les collaborateurs, même itinérants, via des PDA, tablettes et smartphones. Siveco Group, notamment avec sa nouvelle génération de GMAO Coswin 8i, s’est très bien adapté à cette nouvelle vague technologique et organisationnelle. Aujourd’hui, même les logiciels dédiés GMAO Coswin peuvent être déployés sur des groupes entiers (et non plus site par site). Ce ne sont plus seulement les ERP, qui en sont capables, d’une part sur le plan technique et d’autre part sur le plan conduite de projet. En effet, les équipes projets Siveco Group ont les mêmes compétences que les intégrateurs pour déployer leurs propres solutions. Sacha Lukic. Cette année a été marquée par l’offensive très soutenue des éditeurs ERP sur le marché de la GMAO. Le retard accusé pendant de très nombreuses années à savoir une ergonomie peu adaptée et une adaptabilité très faible ont été largement compensées. De plus en plus, les sociétés équipées d’un ERP pour leur gestion financière/comptable se voient aussi proposer le module maintenance ce qui rajoute une très forte concurrence auprès des éditeurs classiques de la GMAO. D’autre part, le passé a aussi déjà démontré les regroupements du marché avec le rachat de Maximo par IBM et celui de Datastream par Infor. Dans ce contexte se pose la question de savoir si les éditeurs de petite et moyenne taille auront la capacité d’assurer leur pérennité à long terme. Est-ce aujourd’hui un marché de renouvellement ou encore de première installation ? Carlo Fichera. Presque tous les secteurs ont déjà eu une expérience plus ou moins élaborée d’une GMAO. Aujourd’hui, on se trouve donc en France dans un marché de renouvellement ou d’extension. De plus en plus de groupes souhaitent standardiser leurs Carlo Fichera, fondateur et directeur de Siveco outils, faire en sorte que tous les sites utilisent la même GMAO. La tendance est également à centraliser les outils. L’évolution des réseaux, l’augmentation des débits sur l’Internet permettent d’accéder à ce type d’architecture, qui nécessitait il y a encore quelques années de lignes spécialisées. Sacha Lukic. En France, le marché est arrivé à maturité sur les segments classiques. Ainsi, les projets importants de GMAO concernent essentiellement le renouvellement d’outils obsolètes ou mal exploités dans l’entreprise. Cette particularité confère cependant une complexité importante dans les dossiers car l’utilisateur est déjà échaudé, et sait parfaitement ce qu’il ne veut pas reproduire dans la nouvelle GMAO qu’il va déployer. Il est ainsi beaucoup plus exigeant et l’effort à fournir du côté éditeur est en conséquence très significatif. En revanche, les « petites » organisations de maintenance, qui constituent un autre segment du marché potentiel, sont en plein essor et se munissent, dans la plupart des cas, pour la première fois d’une GMAO. Jean-Marc Taclet. Nous nous situons sur un marché de renouvellement. La plupart des grandes sociétés dans le secteur industriel disposent d'une solution d'EAM (Entreprise Asset 20 Octobre-Novembre-Décembre 2013 – N°632

Management, gestion des actifs de l’entreprise). Cependant, des petites sociétés et des entreprises hors secteur industriel n'ont souvent pas de solution car ils n'en ressentent pas le besoin… ou n'en n'ont pas les moyens. Quelle est la place respective aujourd’hui des pure players de GMAO et des éditeurs d’ERP offrant une « brique » GMAO à leur outil global de gestion ? Quels sont, selon vous, les avantages et les limites des uns et des autres ? Carlo Fichera. Force est de constater que les solutions de GMAO des « pure players » sont plus efficaces et moins onéreuses que les « briques » fournies par les ERP. On assiste d’ailleurs sur le marché à un retour de tendance et la progression des « briques » ERP, constatée il y a quelques années, s’estompe, voire s’inverse. Une solution de GMAO, interfacée avec le backbone de gestion d’un ERP est la meilleure solution. C’est un gain en termes de coût mais également de mise en œuvre. L’intérêt du progiciel c’est aussi de pouvoir bénéficier de ces évolutions fonctionnelles liées aux évolutions des métiers de la maintenance. Sacha Lukic. Les solutions “best of breed” (meilleur de la catégorie) restent, pour le moment, les solutions d’excellence dans les contextes où la fonction maintenance occupe une place stratégique dans l’activité de l’entreprise. Evidemment, ce choix complexifie le SI (« système d’information ») avec l’obligation de la mise en œuvre d’interfaces entre les différentes briques du SI difficile à maintenir dans le temps. C’est pourquoi, le choix du module maintenance d’un ERP facilite grandement le travail du DSI (directeur du système informatique) grâce notamment au caractère natif et intégré de la fonctionnalité, et conforte le financier dans l’utilisation au quotidien du logiciel ERP. Mais la fonction maintenance, n’est-elle pas un organe complexe de l’entreprise nécessitant une solution informatique adaptée à sa complexité et destinée aux utilisateurs finaux que sont les compagnons de maintenance ? Jean-Marc Taclet. Les pure players de GMAO sont préférés par les directions métier car ils ont en standard une très bonne couverture des besoins et une meilleure ergonomie permettant une appropriation rapide de l'application. Les briques GMAO des solutions ERP sont souvent portées, voire imposées, par les Directions Générales et les DSI afin de rationnaliser l'architecture applicative et de bénéficier de l'intégration native entre les modules. Mais tous les ERP ne proposent pas forcément de solution de GMAO crédible. Aujourd'hui, on peut assister à des mises en concurrence entre les pure players et les solutions GMAO des ERP lorsque les sociétés en utilisent, comme c'est le cas pour SAP. De grands groupes ont fait les deux choix : GMAO de l'ERP pour Octobre-Novembre-Décembre 2013 – N°632 21

Maintenance et entreprise - Découvrez la revue en version digitale

Pour vous abonner, joindre la rédaction, communiquer dans la revue ou simplement avoir plus d'informations sur votre métier, rendez-vous sur notre site internet :

www.maintenance-entreprise.com