Views
1 year ago

Maintenance & Entreprise n°625

  • Text
  • Gmao
  • Besoins
  • Afin
  • Travail
  • Produits
  • Solutions
  • Gestion
  • Mars
  • Ainsi
  • Maintenance
Pourquoi les arrêts sont incontournables

Maintenance Tertiaire actus Traitement de l’air intérieur > Quelle solution pour protéger l’espace de travail ? La lutte contre la pollution de l’air est un enjeu de santé publique, et tout particulièrement à l’intérieur des ateliers et des espaces de travail placés sous la responsabilité des employeurs et des chefs d’établissement. Nous passons 80 à 90 % de notre temps en espace clos, et savez-vous que l’air intérieur est au moins cinq fois plus pollué que l’air extérieur ? Les mesures de lutte contre les déperditions énergétiques ont malheureusement accru le confinement des espaces, aggravant ce constat. Si des mesures sont prises de plus en plus fréquemment pour pallier cet état de fait dans les ERP (établissements recevant du public), le milieu industriel ne fait l’objet d’aucun contrôle au-delà du poste de travail. Pourtant c’est dans cet environnement que les pollutions sont parfois les plus nocives, et le seul captage à la source ne suffit pas à garantir la protection des opérateurs. Sur 280 000 cas de cancer par an en France, l’Institut de veille sanitaire estime que 4 à 8,5% sont d’origine professionnelle (soit entre 11 000 à 23 000 cas nouveaux chaque année). La médecine du travail a recensé 112 maladies professionnelles et plus de 350 CMR (cancérogènes, mutagènes et reprotoxiques) liées à la respiration de substances nocives (source INRS). S’ajoutent les poussières de bois, les poussières alimentaires, métalliques et autres, particulièrement présentes dans les secteurs de l’agro-alimentaire, de la chimie, du bois, des métiers de l’environnement, du bâtiment, et de la logistique. 4,8 millions de tonnes de ces produits CMR sont utilisés annuellement en France. Et 13,5% des travailleurs français sont exposés à des cancérogènes, 2% étant exposés à des mutagènes /toxiques. Les principaux dangers sont les intoxications aiguës, les intoxications chroniques et les incendies, voire les explosions. Des solutions incomplètes et insatisfaisantes Afin de respecter les valeurs de rejets réglementaires dans l’atmosphère ainsi que les normes d’exposition au poste de travail, les entreprises font appel à trois types de procédé : le captage à la source, le nettoyage des sols et des machines, le traitement de l’ambiance par brassage, circulation, ventilation et filtration d’air. C’est la mesure de la pollution ambiante qui en est le révélateur. Cependant, si la valeur limite d’exposition est bien observée au poste de travail, la qualité globale de l’air ambiant dans les ateliers laisse encore souvent à désirer, tant le traitement de l’air est difficile face à l’ensemble des poussières et vapeurs issues du processus de production. La ventilation générale qui consiste à diluer les polluants à l’aide d’air neuf dans un local de travail est utilisée seulement lorsque les sources de polluants sont diffuses, pour évacuer les calories ou pour traiter des pollutions non nocives. La ventilation locale, par contre, qui consiste à capter les polluants le plus près possible de leur source d’émission avant qu’ils ne pénètrent dans les voies respiratoires, utilise des capteurs dont l’efficacité est toujours inférieure à 100%. Il convient donc de gérer la pollution résiduelle, sachant que la connaissance du risque progresse et les VLE (valeur limite d’exposition) et VME (valeur moyenne d’exposition) sont toujours plus exigeantes. L’aspiration centralisée haute dépression vient alors parfaire le dispositif. Le purificateur de l’air ambiant L’épurateur « Ambioclean » de Delta Neu est conçu pour atteindre le meilleur niveau d’assainissement de l’air actuellement disponible. En effet ce purificateur d’air ambiant vient compléter la chaine de dépollution et permet si nécessaire d’atteindre une efficacité d’épuration proche de 100 %. Ce purificateur peut capter des particules de très petites dimensions (0.03 à 10 microns) avec une importante efficacité granulométrique (99,999 % à partir de 5,5 microns). Grâce à son modèle de flux d’air à effet aéraulique « Coanda », l’Ambioclean exploite la dynamique des processus générateurs de chaleur, c'est-à-dire la tendance spontanée des particules à monter avec la chaleur générée par les processus industriels. L’effet « Coanda » est un principe aéraulique propre au soufflage de l’air près d’une paroi horizontale. La vitesse de l’air émise par un orifice de soufflage crée une accélération et un « plaquage » du flux d’air. Une recirculation homogène et permanente de l’air permet alors une purification optimum au passage répété de du purificateur. L’air pollué rentre ainsi de manière naturelle par la partie inférieure du purificateur de forme cubique et placé en partie haute dans l’atelier. Il est ensuite renvoyé purifié par les quatre côtés du purificateur, dans les quatre directions de l’espace de travail. Chaque appareil crée son propre flux d’air ce qui minimise les problèmes de dimensionnement et de positionnement. Il permet également de limiter une ventilation générale et donc de réaliser des économies d’énergie. F. P. 52 Mars 2012 - N°625

Produits Le Focus 3D au service du Facility Management Les données tridimensionnelles de bâtiments sont d’un soutien précieux pour les gestionnaires d’installations, de la gestion technique des installations à la gestion des bâtiments. Le Laser Scanner Focus3D de FARO permet de saisir très facilement les données souhaitées et de les utiliser pour une documentation 3D d'immeubles et de dépendances. Il est ainsi possible de documenter facilement les modifications apportées au parc existant. L'interface CAO permet d'intégrer les données dans les programmes usuels de gestion des installations assistées par ordinateur pour y accéder directement lors de nombreux processus de gestion des installations. La documentation 3D avec le FARO Laser Scanner constitue une base de planification idéale pour les transformations et mesures de rénovation sur des immeubles du parc. Les données numérisées permettent de créer un modèle tridimensionnel précis du « tel que construit ». Les gestionnaires d'installations peuvent par exemple imaginer les différentes possibilités d'utilisation des locaux avant le début de la planification. S’il faut par exemple adapter l'alimentation en fluides dans des installations techniques, ils peuvent pré-visualiser et contrôler toutes ces modifications dans un modèle virtuel. Cela fournit une base stable pour toute nouvelle planification. Le Focus 3D saisit avec précision les données de bâtiments dont les gestionnaires d'installations ont besoin, que ce soit pour un cliché instantané dans une usine de production ou pour la technique du bâtiment dans un immeuble de bureaux. Les données peuvent être utilisées dans tous les logiciels de CAO usuels. Prévention de l’incendie et de l’intoxication D'après le décret n° 2011-36 du 10 janvier 2011, l'installation de détecteurs de fumée dans tous les lieux d'habitation est devenue obligatoire. D'ici le 8 mars 2015, tous les locaux devront en être équipés... L'occupant d'un logement (qu'il soit locataire ou propriétaire), devra installer au moins un détecteur de fumée, et veiller à son entretien et au bon fonctionnement. Le fabricant Avidsen propose un détecteur de fumée (de fabrication française) mais également un détecteur de monoxyde de carbone. Détecteur de fumée Avidsen de fabrication française. Détecteur de monoxyde de carbone Avidsen Entretien des voies : Fayat primé La division matériel routier du groupe Fayat a été nominée aux Innovation Awards d’Intermat 2012 pour la BM 600 de Bomag, une fraiseuse urbaine ergonomique ; la « Compact » d’Ermont, une centrale polyvalente de fabrication d’enrobés en continu ; la pince pivotante Tiltex de PTC, facilitant et sécurisant la manutention de palplanches et améliorant la productivité du vibrofonçage. Le jury a décerné une médaille d’argent à l’entreprise Secmair pour une machine d’entretien routier et de traitement des nids de poule « Swift ». Il faut dire que le nombre toujours croissant de nids de poules, y compris dans les pays développés, devient un vrai problème sécuritaire. La succession d’hivers rigoureux et la décentralisation de la gestion des crédits d’entretien peuvent expliquer cette augmentation. De plus, les travaux à caractère pénible historiquement présents dans les TP ne trouvent plus de candidats, on enregistre un taux important de maladies professionnelles, dont les TMS : il était urgent de revaloriser le travail manuel en proposant des outils adaptés confortables. Outil ergonomique propre à réduire la pénibilité des interventions, le « Swift » est un outil d’intervention rapide et sécurisé qui effectue un travail durable et économique. Les deux premiers exemplaires ont été expédiés au Kurdistan. Un programme de validation dans le cadre de l’innovation routière est en cours en France. Maintenance Tertiaire Fayat Swift Mars 2012 - N°625 53

Maintenance et entreprise - Découvrez la revue en version digitale

Pour vous abonner, joindre la rédaction, communiquer dans la revue ou simplement avoir plus d'informations sur votre métier, rendez-vous sur notre site internet :

www.maintenance-entreprise.com