Views
8 months ago

Maintenance & Entreprise n°624

  • Text
  • Complet
  • Risque
  • Solutions
  • Ainsi
  • Produits
  • Risques
  • Permet
  • Gestion
  • Nettoyage
  • Gmao
  • Maintenance
Maintenance Expo Spécial GMAO

Dossier GMAO Retour

Dossier GMAO Retour d'expérience > Une GMAO en secteur explosif ! L’usine Davey Bickford de Héry dans l’Yonne fabrique des initiateurs d’explosion. Une activité sensible soumise à de fortes contraintes réglementaires. Le témoignage de M. Hervé Naudot, responsable de maintenance, qui utilise "Mister Maint" d'ITM. Pouvez-vous nous décrire l’activité très particulière et très spécialisée de la société Davey Bickford ? Hervé Naudot. Davey Bickford est une entreprise qui fabrique toute sorte d’initiateurs pyrotechniques, c’està-dire des détonateurs susceptibles de déclencher des charges, comme par exemple les inflammateurs pour les feux d’artifice. Outre les artificiers, nous travaillons beaucoup pour les mines de carrières ou encore pour les explorations pétrolières et bien entendu pour la Défense. De par son activité très sensible, l’usine de Héry - qui emploie environ 450 personnes - est évidemment un site classé Seveso seuil haut, soumis à autorisation préfectorale. C’est pourquoi nous avons de nombreuses obligations en matière de contrôle réglementaire, que ce soit la DRIRE, la DPE, l’inspection des ponts explosifs… Quelles sont les missions du service maintenance que vous dirigez et comment est-il organisé ? H. Naudot. Le service maintenance que je dirige est dédié aux équipements de process. Nous avons plus d’un millier plus d’équipements divers, mais pour l’essentiel il s’agit de presses et de compresseurs destinés à réaliser les chargements de nos détonateurs et initiateurs. Notre mission couvre l’entretien et naturellement le dépannage des machines, mais nous sommes également appelés à réaliser certaines améliorations qui peuvent faciliter la production. Nous sommes également sollicités lors des nombreuses inspections réglementaires et des audits de contrôles auxquels est soumis le site. Il peut alors nous être demandé de procéder aux mises en conformité nécessaires. Le service maintenance compte une vingtaine de personnes fonctionnant par équipes. Nous représentons plusieurs corps de métiers, mécanique, support automatisme et électrique… Le site travaille principalement en journées, avec quelques activités en 3x8 et pour lesquelles un technicien de maintenance est de permanence. Certaines interventions de maintenance sont réalisées par des prestataires extérieurs sous contrat : par exemple l’étuvage, les enceintes climatiques, les sources laser, ou encore l’ensemble du parc de chariots élévateurs, les transpalettes électriques et généralement les moyens de levage. Qu’est-ce qui vous a amené à faire appel à un outil de GMAO ? H. Naudot. A l’origine, le recours à la GMAO avait pour objectif principal de faire évoluer notre management de la maintenance. En effet nous travaillions auparavant sur des fichiers Excel avec des liens et des fonctions… mais le problème, c’est qu’il fallait ressaisir toutes les formules quand nous voulions faire évoluer le système, avec des pertes de temps parfaitement insupportables. Comme nous sommes audités sur la réalisation et la qualité de nos interventions de préventif, nous devons suivre le déclenchement des préventifs, le pourcentage de réalisation, la performance… C’est tout cela qui devait être saisi sous tableur Excel. Par contre, toutes les interventions de curatif étaient archivées dans des classeurs : une personne devait ressaisir les heures d’intervention par équipement dans une base Acces. L’autre raison très importante pour l’acquisition d’un outil de GMAO, c’est la nécessité d’assurer les suivis d’intervention, la traçabilité et la capitalisation des connaissances sur nos machines. Comment s’est déroulé le choix et la mise en place du logiciel au sein du service maintenance ? H. Naudot. C’est fin 2008 que j’ai d’abord recherché moimême sur Internet ce qui existait en matière de GMAO. La sélection a été assez rapide puisque début 2009 j’ai DR 30 Octobre-Novembre-Décembre 2011 – M & E – N°624

Dossier GMAO ainsi contacté ITM avec qui nous nous sommes bien entendus et nous avons rapidement entrepris de collaborer ensemble. Nous avons mis en place un partenariat afin de réaliser les développements spécifiques qui nous étaient nécessaires sur la base du logiciel Mastermaint. Ce qui a été déterminant dans le choix du logiciel, c’est tout d’abord son aspect que je dirais « ludique » : il était important que l’outil soit rapidement accessible à l’ensemble des techniciens du service maintenance. En effet pour être accepté par tous, sans perte de temps, l’outil doit offrir une prise en main rapide et des résultats immédiats. Chaque technicien de maintenance a ainsi été formé aux saisies des interventions. Parmi les avantages que présente ITM, je souligne également l’assistance apportée par l’équipe de l’éditeur et sa parfaite connaissance de nos métiers et des exigences de la fonction maintenance. Quelles ont été les principales difficultés que vous avez pu rencontrer ? H. Naudot. Le frein principal à la mise en œuvre, c’est le facteur temps ! (éclat de rire) D’ailleurs nous avons dû mettre une ressource à part entière sur le projet. C’est vrai qu’un parc de mille équipements, sur plusieurs bâtiments implantés à distance les uns des autres pour des raisons de sécurité, cela représentait une charge importante pour renseigner la base du logiciel. Après un an et demi d’utilisation de la GMAO, quels sont les résultats acquis, et les améliorations souhaitables que vous avez relevés ? H. Naudot. Les premiers bénéfices de la GMAO concernent d’une part le déclenchement et le suivi des interventions notamment en préventif, et par ailleurs les analyses que je peux maintenant faire : je peux analyser le parc machines et le comportement de ses différents équipements, repérer ceux qui sollicitent le plus d’actions de dépannage... Et par la suite cette analyse nous permettra d’établir nos plans d’actions. Ce sera l’objet du bilan que nous allons dresser en fin d’année. Le logiciel donne très largement satisfaction. Je soulignerais seulement un besoin d’amélioration en ce qui concerne les plannings du personnel. Actuellement l’information sur les congés est prise en compte dans le planning mais sans caractère contraignant. Nous en avons d’ailleurs parlé avec ITM : il faut en effet faire en sorte de ne pas pouvoir affecter à une intervention un personnel dont on sait qu’il ne sera pas disponible pour raison de congé ou d’absence… Propos recueillis pas J.-F. Romain Signaler Identifier + de 30 000 Produits et solutions pour la sécurité et l’identification au travail Protéger Retrouvez nous sur votre smartphone ! Tél. 03 20 01 06 06 • Fax 03 20 01 06 07 www.seton.fr Demandez ez notre catalogue, IL EST GRATUIT ! Octobre-Novembre-Décembre 2011 – M & E – N°624 1110_ENC-AO13-FR.indd 1 14/10/11 08:55 31

Maintenance et entreprise - Découvrez la revue en version digitale

Pour vous abonner, joindre la rédaction, communiquer dans la revue ou simplement avoir plus d'informations sur votre métier, rendez-vous sur notre site internet :

www.maintenance-entreprise.com