Views
8 months ago

Maintenance & Entreprise n°624

  • Text
  • Complet
  • Risque
  • Solutions
  • Ainsi
  • Produits
  • Risques
  • Permet
  • Gestion
  • Nettoyage
  • Gmao
  • Maintenance
Maintenance Expo Spécial GMAO

Dossier GMAO Retour

Dossier GMAO Retour d'expérience > Un déploiement multi-site Représentant le pôle agro-alimentaire du groupe Euralis avec 1400 salariés, l’entreprise Jean Stalaven réalise des plats préparés, notamment pour la partie foie gras. C’est précisément sur la partie « traiteur » que le logiciel OptiMaint de l’éditeur Apisoft International a été récemment développé dans l’entreprise. « La GMAO est déjà déployée ou en cours de déploiement sur d’autres sites de Jean Stalaven qui en compte 7 en France », précise Mickael Le Bars, lui-même basé au siège d’Yffiniac (22). On compte en effet trois sites en Bretagne (Yffiniac, Guingamps et Saint-Brieuc), un site à Dunkerque (62) et, actuellement en cours de déploiement, les sites de Roy près d’Amiens (80), et Chateaurenard près de Montargis. Yfiniac regroupe de nombreuses unités différentes et emploie 700 personnes dont 25 personnes à la maintenance. M. Gilard, le responsable de la maintenance, couvre en fait les trois sites bretons avec en tout un effectif d’une trentaine de personnes. Responsable des achats et du suivi du budget, Mickael Le Bars assure les achats de pièces, le suivi des fournisseurs mais également de la GMAO : « j’ai pour mission de faire vivre la GMAO, de remonter les données techniques, et de déployer l’outil logiciel sur les autres sites afin d’harmoniser les pratiques », confie M. Le Bars. A souligner que M. Gilard est rattaché au directeur de site et de production, alors que, responsable d’un déploiement multi-site, M. Le Bars a une fonction plutôt transversale. « Il faut savoir que nous en sommes à notre troisième GMAO », s’exclame M. Le Bars avec un large sourire… « On a commencé en 1995. Ce n’est pas forcément par déception, mais des produits ne sont plus développés, des sociétés ferment, les environnements changent… les outils deviennent obsolètes et il faut alors savoir se poser la question ou de passer à une autre version, ou plus radicalement de changer l’outil. En fait, changer permet également de tout reprendre, d’intégrer des éléments dont on n’avait pas tenu compte au départ. Avec le temps et du recul on affine l’analyse de nos besoins. » OptiMaint d’Apisoft a été retenu parmi trois ou quatre solutions, lors d’un appel d’offres lancé en 2005. La GMAO doit permettre d'anticiper les obligations réglementaires en matière de métrologie Ce qui a fait la différence semble être l’environnement Oracle et la compatibilité Windows, des éléments absents de la solution mise en œuvre auparavant. Le fait que l’on puisse parfaitement assurer dans cet outil logiciel la gestion des stocks, la " gestion des interventions et la gestion des achats a été un point résolument déterminant. Le déploiement actuel et satisfaisant du logiciel sur de nombreux autres sites connus a par ailleurs concouru à rassurer quant à sa pérennité. Une obligation de rigueur L’implémentation d’une GMAO passe généralement par une première étape de récupération de la base de données. « La chance que nous avions, c’est que la base de données avait déjà été créée », se félicité M. Le Bars. Dans les différents autres sites où le logiciel est déployé, toutes les fonctionnalités ne sont pas déployées simultanément dès le début de la mise en œuvre. « C’est un choix à faire, commente M. Le Bars. « Nous commençons en fait par le module Achats : cela permet d’impliquer aussitôt les personnels, de les contraindre à être rigoureux car nous sommes interfacés avec la comptabilité ». Un interface spécifique a en effet été développé afin de reprendre les données générées et gérées par Optimaint et de les transférer dans le logiciel utilisé par la comptabilité. Avant cela, les services suivaient leur budget de façon indépendante mais souvent en désaccord avec les données de la comptabilité… Le premier avantage de déployer en premier le module Achats est bien d’obliger tous les utilisateurs à faire preuve de la même rigueur " que celle qui est exigée des comptables. Le nouveau système mis en place permet également à la maintenance d’avoir un suivi réel de ses propres coûts. Il peut y avoir jusqu’à dix-huit connections simultanées au logiciel. Mais, à part sur le site d’Yffignac qui bénéficie de huit accès, il y a une généralement un poste connecté sur chaque site. Le déploiement du module Achats, est, en parallèle, l’occasion de réaliser l’inventaire et le rangement des pièces détachées : les pièces identiques sont regroupées par boîtes et identifiées par une référence. « Je me suis aperçu que l’on a toujours un stock de pièces détachées… mais en vrac », justifie Mickaël Le Bars. « Et cette étape peut prendre pas mal de temps ». On 20 Octobre-Novembre-Décembre 2011 – M & E – N°624

Maintenance et entreprise - Découvrez la revue en version digitale

Pour vous abonner, joindre la rédaction, communiquer dans la revue ou simplement avoir plus d'informations sur votre métier, rendez-vous sur notre site internet :

www.maintenance-entreprise.com