Views
1 year ago

Maintenance & Entreprise n°608

  • Text
  • Produits
  • Risques
  • Nouvelle
  • Travail
  • Permet
  • Salon
  • Novembre
  • Gestion
  • Gmao
  • Maintenance
Dossier : Progiciels GMAO et outils logiciels de la maintenance

gain de temps,

gain de temps, d’énergie et de main-d’œuvre. Pour une cuve de 100 hl et une pompe de 50 hl/h, comptez 2 heures avec 2 personnes en mécanique, comparé à 5 minutes avec 1 personne à l’azote. L’apport d’oxygène lors d’un remontage pendant la fermentation peut être intéressant pour le dopage des levures. De la même façon, pour homogénéiser les jus, les gaz alimentaires peuvent être utilisés en alternative aux solutions mécaniques. Nettoyage et rinçage des matériels vinicoles Lors du remplissage des cuves, un volume d’air dit « ciel gazeux » reste confiné entre la surface du niveau de vin et la voûte de la cuve. L’inertage consistera alors à balayer l’air (contenant 21 % d’oxygène) en fin de remplissage et à le remplacer par un gaz neutre sous une faible pression (20 mbar). Ainsi le vin en contact avec le gaz neutre est protégé de toute altération, conservant l’intégrité de ses qualités organoleptiques. L’azote est aujourd’hui le gaz neutre le plus utilisé pour l’inertage du vin. Économiquement avantageux et chimiquement inerte, il présente l’inconvénient d’assécher, voire de décarbonater les vins. C’est pourquoi le mélange le plus utilisé est composé de 80 % d’azote et de 20 % de CO 2 qui compensent la décarbonatation engendrée par l’azote. Pour l’inertage du vin, l’argon aura l’avantage d’être inerte comme l’azote et lourd comme le CO 2 . Ainsi l’argon nécessite un balayage limité à une fois le volume à inerter, au lieu de 3 à 4 fois pour l’azote. Un mélange 80 % argon et 20 % CO 2 permettra un inertage efficace avec « effet piston » sans risque de décarbonatation comme le provoquerait un inertage à l’argon pur. Les opérations de soutirage du vin devront être associées à un apport en gaz neutre équivalent. Lors de l’embouteillage, la couche d’air au niveau du goulot des bouteilles peut être remplacée par un gaz neutre évitant tout risque d’oxydation. Une opération fréquente avec les vins blancs secs sensibles à l’oxygène. Enfin le CO 2 apporte les solutions pour le nettoyage cryogénique (projection de glace carbonique par un flux d’air comprimé sur une surface) des barriques ou cuves de stockage, comme pour le rinçage avec de l’eau carbonatée après les lavages avec des produits alcalins du type soude. Ce procédé divise par deux la consommation d’eau. S. B.

Cahier du Mangement Industriel > Pilotage Les 10 indicateurs incontournables Comment piloter la maintenance sur la base de 10 indicateurs incontournables pour diriger une fonction créatrice de valeurs pour l’entreprise. Par Yves Lavina L’AUTEUR Expert à la direction des activités maintenance de Proconseil, Y. Lavina est l’auteur de plusieurs ouvrages dont Amélioration continue en maintenance, Techniques d’audit et plan de progrès, aux éditions Dunod (2005). Figure 1. Exemple de fiche objectif Orientation n° 3 Indicateurs clés MTBF -MTTR sur machines critiques Les services maintenance regorgent de solutions techniques pour améliorer la performance des sites industriels. En contrepartie, le dialogue avec la direction ou avec les entités « clientes » de l’usine est le plus souvent déficitaire en indicateurs pertinents. On dispose bien souvent de chiffres à ne pas quoi savoir en faire, générés fréquemment par le souci de maîtriser les coûts ; on recherche aussi souvent les indices chiffrés qui permettraient d’évaluer et de « vendre » les résultats du service rendu. L’art de la maintenance repose sur la réduction du besoin de maintenance : moins de curatif et moins de préventif. Elle s’installe Engager simultanément un projet pour tuer les pannes Objectif : Diviser par deux le nombre de pannes Respons. Indicateur d’action 1) Formuler et mettre en œuvre une stratégie “hantise de la panne” André Nb panne/pers./jour 2) Créer une réelle synergie entre opérateurs production et intervenants maintenance Bernard Nb intervention en binôme 3) Assurer une conduite rigoureuse des dépannages Claude Nb retours sur panne 4) Disposer de maintenanciers polyvalents et compétents Daniel Heures de formation 5) Collecter de façon structurée les données sur les pannes Éric Taux de rapports dépannage 6) Analyser régulièrement les pannes Francis Nb réunions 7) Mesurer les avancées et afficher les indicateurs de fiabilisation Georges Nb indicateurs MAJ 8) Communiquer sur les actions d’éradication de pannes Henri Nb de pannes “tuées” ainsi dans un processus d’amélioration continue, dit de « Lean maintenance » visant à faire juste. Elle démontre de façon régulière qu’elle s’inscrit dans le bon parcours économique et met en avant sa contribution aux avancées de l’usine. Avec une telle ambition, la mesure est essentielle et, tant qu’elle n’est pas mise en œuvre, la maintenance reste perçue comme un mal nécessaire. Dans l’évaluation de la fonction maintenance, nous distinguons deux niveaux : – celui du diagnostic pour lequel il s’agit de positionner globalement le résultat de la fonction. Nous avons recours aux ratios globaux qui permettent de la situer par rapport à des repères et des fondamentaux de la maintenance : coût de la maintenance/valeurs à neuf des biens entretenus ; structure de la dépense maintenance… Il s’inscrit dans une logique de benchmarking ; – celui du pilotage pour lequel il s’agit de s’assurer que l’on avance bien vers l’objectif : la mesure repose dès lors sur des indicateurs repris et présentés sous forme de tableau de bord. Ces clignotants permettent ainsi d’évaluer périodiquement la situation de la maintenance. Nous retenons cette seconde approche pour laquelle il convient de respecter trois règles de départ : – le service maintenance instaure un contrôle de l’activité basé sur l’élaboration préalable de « fiches objectifs ». Elles formulent simplement la politique maintenance sous une forme simple qui peut s’apparenter à celle présentée en figure 1 ; – le tableau de bord de la maintenance n’est en aucun cas un tableau cumulant des chiffres : il montre l’évolution des différentes actions qui contribuent à l’atteinte d’objectifs bien formalisés ; ce n’est surtout pas l’image rétrospective des différentes activités du service. Il est construit à l’usage d’un décideur et d’un seul, et est utilisé pour informer les autres. Nous raisonnons ici au niveau du responsable de la fonction maintenance ; – le choix des indicateurs res- Novembre 2008 - M & E - N°608 57

Maintenance et entreprise - Découvrez la revue en version digitale

Pour vous abonner, joindre la rédaction, communiquer dans la revue ou simplement avoir plus d'informations sur votre métier, rendez-vous sur notre site internet :

www.maintenance-entreprise.com