Maintenance & Entreprise n°608

  • Produits
  • Risques
  • Nouvelle
  • Travail
  • Permet
  • Salon
  • Novembre
  • Gestion
  • Gmao
  • Maintenance
Dossier : Progiciels GMAO et outils logiciels de la maintenance

Progiciels GMAO > Outils

Progiciels GMAO > Outils logiciels EAM, la nouvelle panacée ? Quelle est la place et le rôle de l’EAM parmi les outils de gestion et de management industriels et en quoi il peut aider la maintenance dans sa mission d’opimiser la durée de vie opérationnelle des actifs industriels. P érenniser et faire prospérer son patrimoine, cette préoccupation domestique touche aussi le manager qui se doit de valoriser le patrimoine d’entreprise, qu’il soit immatériel (marques, brevets…) aussi bien que matériel, c’est-à-dire les installations, les bâtiments, les parcs de véhicules ou les équipements, tous réparables individuellement, ou encore les réseaux, réparables par segments. L’« Enterprise Asset Management » (EAM) consiste précisément à connaître, gérer, maintenir en fonctionnement et en performance ces actifs industriels durant leur vie opérationnelle. Le mot « management » indiquant à la fois processus, outils informatiques et démarche. L’idée clé : l’acte de maintenance, qu’il soit réalisé par les fabricants, l’opérateur lui-même ou par des tiers spécialisés, a besoin, pour Schéma opératoire. être pleinement efficient, de données fiables issues de l’EAM. Quelles sont ces données ? Tout d’abord, un récapitulatif exhaustif et précis des matériels à entretenir, le parc ou la flotte pour les matériels nombreux et hétéroclites pouvant provenir de plusieurs générations technologiques, de rachat d’entreprise… L’état théorique du matériel, soit sa configuration telle qu’elle devrait être (maintenue). Mais également l’état et la configuration réels. Cet état est décrit par une nomenclature à plat ou structurée, souvent partielle. Un flou qui pimente certes la vie des mainteneurs ! Parmi les causes : modifications non tracées, suivi partiel du plan recommandé d’entretien, données de fiabilité manquantes… Les données doivent intégrer une documentation de maintenance à jour. Et également le potentiel résiduel : état d’usure, kilomètres parcourus, heures de service / rotations / tirs / lancements de moteur réalisés… Toutes ces mesures seront propres à chaque équipement ou système individuel (sérialisé). Enfin, les données « Field Service » : suivi des 30 M & E - N°608 - Novembre 2008

Maintenance et entreprise - Découvrez la revue en version digitale

Pour vous abonner, joindre la rédaction, communiquer dans la revue ou simplement avoir plus d'informations sur votre métier, rendez-vous sur notre site internet :

www.maintenance-entreprise.com