Views
1 year ago

Maintenance & Entreprise n° 628

  • Text
  • Solutions
  • Mise
  • Travail
  • Groupe
  • Permet
  • Ainsi
  • Produits
  • Gmao
  • Gestion
  • Maintenance
Spécial maintenance expo 2012

Maintenance Tertiaire actus Certification HQE > Certivéa sans frontières Certivéa a lancé la certification HQE à l’international pour les bâtiments non résidentielsen juin dernier à Bruxellesen présence notamment d’Evelyne Huytebroeck, Ministre bruxelloise de l’Environnement, de l’énergie et de la rénovation urbaine. Depuis sa création en 2006, Certivéa est devenu le référent sur le marché français en matière de certification des bâtiments non résidentiels : plus de 1 000 opérations, représentant 13 millions de m², sont ainsi aujourd’hui certifiées HQE. Dix opérations sont également certifiées par Certivéa en Belgique, au Luxembourg, en Italie, en Algérie auxquelles il faut ajouter 30 opérations certifiées par la FCAV, partenaire brésilien. Un référentiel générique a été spécifiquement conçu pour s’adapter aux contraintes et spécificités de chaque pays(zone climatique, réglementation, habitudes de construction, systèmes d’organisation…) et permettant d’utiliser des principes d’équivalences. La certification a également été expérimentée via des projets tests et opérations pilotes menés à la fois au Royaume- Uni, au Maroc, en Allemagne, au Luxembourg, en Belgique et en Italie. Les performances des bâtiments sont valorisées par un certificat indiquant le niveau global atteint, Pass, Bon, Très bon, Excellent et Exceptionnel. Toujours en avance sur les règlementations à venir, l’approche de Certivéa repose sur des fondements scientifiques et techniques solides et sur un long travail de concertation et de retours d’expérience avec les professionnels de la construction et de l’immobilier. Une adaptation à tous les projets et une liberté d’innovation : la certification est basée sur une approche contextuelle où le maître d’ouvrage peut choisir ses objectifs de performance en fonction de chaque projet. Elle lui donne aussi la possibilité de bénéficier d’une totale autonomie dans le choix de ses process, de ses matériaux, et de ses solutions architecturales et techniques. Auditeurs indépendants et impartiaux Les performances des bâtiments sont vérifiées par des auditeurs indépendants et impartiaux. La mise en œuvre du système de management et les réunions d’audit sont des moments d’échanges où tous les acteurs sont fédérés autour des mêmes objectifs de chaque opération. Ce système permet aussi d’avoir une certification avec le plus haut niveau de confiance, reconnu par les normes internationales ISO. Des professionnels Référents, qualifiés par Certivéa pour leur maîtrise du référentiel de la certification peuvent conseiller le demandeur et le faire bénéficier d'un dispositif allégé et économique. La certification HQE se veut ainsi l’assurance d’une valeur patrimoniale élevée et maintenue dans le temps, plus d’opportunités de louer ou revendre les surfaces, une moindre dépendance face au coût de l’énergie et la possibilité d’améliorer son image de marque. La certification a mis la santé et le confort au cœur de son offre, permettant de proposer des bâtiments qui assurent un confort maximum aux occupants et évitant ainsi les risques sanitaires. Planon Site Alpha un an après Alors que Site Alpha réunit ses clients et utilisateurs lors de sa traditionnelle Master Class d’octobre, nous avons rencontré Johan Van Nimmen, General Manager Planon Belgique, France et Luxembourg. Quel bilan faites-vous de l’intégration de Site Alpha au sein du groupe Planon ? Johan Van Nimmen. Le bilan est très positif pour fêter la première année d’intégration de Planon Site Alpha au groupe Planon. L’intégration dans le groupe Planon ne s’est pas faite sans mal mais le chiffre d’affaires réalisé cette année est de bon augure pour la suite, avec un CA de 5,5 millions d’euros en France, soit une croissance de 25% de 2011 à 2012. L’acquisition a été bénéfique pour Planon sur le marché français grâce à la présence de SamFM en tant que leader pour la GMAO. Les équipes ont été renforcées - développeurs, commercial, marketing -, ces renforts ayant entraîné un déménagement. La rencontre culturelle entre le groupe hollandais et l’équipe française s’est traduite par une bonne synergie propre à répondre à l’énorme potentiel du groupe en France. Quelle évolution dans votre stratégie produits et marchés ? J. V. N. Avec la gamme Planon Accelerator nous étions absent des marchés publics en France, sauf dans les PPP avec nos partenaires. Or, dans les marchés matures, le groupe Planon réalise 30 à 50% de son CA sur ce secteur. Mais nous espérons désormais, grâce à la puissance de l’équipe Planon Site Alpha, renforcer cette présence. Notre clientèle, dont une partie est commune, nous est restée fidèle. Le support d’un grand groupe tel que Planon a permis la signature de partenariats importants (EDF, BNPP REPM). Nous avons identifié qu’environ 70% du CA réalisé en France l’était grâce à nos principaux partenaires et revendeurs, mainteneurs et prestataires multitechniques, ces derniers utilisant souvent nos deux gammes de produits complémentaires. Et vos perspectives pour 2013 ? J. V. N. Notre priorité pour le groupe passe par la croissance externe en Amérique du Nord et, en France, la poursuite de l’intégration de Site Alpha. Pour 2013- 2016, nous nous fixons des objectifs de croissance importants, avec la volonté de doubler le CA d’ici 3 à 4 ans. Nous prévoyons de lancer des produits innovants notamment autour des solutions mobiles et des applications. La réalisation de ces objectifs ambitieux passera par la croissance des équipes. 52 Octobre-Novembre-Décembre 2012 – N°628

actus Directive européenne > L'efficacité énergétique pour un avenir durable 20% de l'énergie consommée dans les bâtiments européens est gaspillée, en grande partie à cause d’une maintenance insuffisante… Les propositions de l’association européenne pour la régulation, représentée en France par ACR. La question clé pour l'Union Européenne est aujourd'hui de s'assurer que les investissements sont rentables, qu'ils n'affectent pas les finances publiques et qu'ils génèrent de la croissance. Le déploiement de moyens qui garantissent un retour sur investissement et qui garantissent en même temps l’amélioration de la vie des citoyens est donc essentiel. Ce sont exactement les objectifs de l'efficacité énergétique et c’est pourquoi il nous faut une Directive ambitieuse sur l'efficacité énergétique. Il est important de concilier l'objectif de la Directive, à savoir l’amélioration de l'efficacité énergétique, avec comme ambition à long terme pour l'UE sa croissance durable. «L'efficacité énergétique est fondamentalement un moyen d'améliorer l'efficience de l‘activité industrielle. « La question clé de la Directive devrait donc être combien nous tenons à gagner, plutôt que combien nous sommes prêts à dépenser », conclut Jean-Yves Blanc, président d’eu.bac (European Building Automation and Controls Association - Association européenne pour la régulation et la GTB). Nous savons que l'UE risque de passer à côté de son objectif concernant l'efficacité énergétique pour 2020 : à l'heure actuelle, l'UE est à la traîne à seulement 9%. Outre le fait que des économies d’énergie ne seront pas réalisées, cela signifie également que nous passerons à côté d’opportunités de création de plus de 400.000 emplois verts. Et nous allons maintenir une dépense des capitaux de l'UE due aux importations d'énergie, qui l'année dernière s'élevait à environ 400 milliards d'euros. Nous savons aussi que même si les États membres se prévalent de la Directive, compte-tenu de la crise financière actuelle, les capitales sont frileuses à l’idée de signer un quelconque accord ayant une implication financière. Cinq points clés pour une Directive efficiente 1. Une feuille de route à long terme englobant la rénovation des bâtiments publics, tertiaires et résidentiels. Parce que seule une stratégie cohérente à long terme, sous la forme d'une feuille de route de rénovation du bâtiment, permettra de garantir la croissance du marché qui sera bénéfique à tous. 2. Un ensemble harmonisé de politiques ayant pour objectifs que les bâtiments soient prêts pour les réseaux intelligents. Parce que, vous avez besoin de garantir un réel focus sur la demande, pour que les clients finaux deviennent des utilisateurs actifs et pour optimiser les économies d'énergie. Les compteurs intelligents ne deviennent intelligents que s’ils sont liés à la régulation et à la GTB. 3. Une définition plus claire des contrats de performance énergétique (CPE) et des Entreprises de Services Energétiques (ESCO) ainsi que des mesures fortes afin de promouvoir leur utilisation. Parce que des définitions précises sont nécessaires pour les termes clés pour assurer la cohérence et la confiance dans le modèle des CPE. Maintenance Tertiaire Selon Frédéric Melchior, Directeur des relations gouvernementales d’eu.bac, «environ 20% de l'énergie consommée dans les bâtiments européens est gaspillée, principalement à cause d’une maintenance insuffisante, d’un manque de mesures basiques pour l’efficacité énergétique, et d’un faible intérêt pour l’efficacité énergétique de la part des occupants. Ces déchets représentent un coût d'environ 270 milliards d'euros chaque année, un chiffre qui est appelé à augmenter de 53% d'ici 2030 si aucune mesure n'est prise pour y mettre fin. » Nous sommes maintenant à une étape cruciale dans les négociations : les États membres ont donné à la Présidence danoise un mandat pour négocier avec le Parlement européen et avec la Commission européenne. eu.bac a développé cinq points clés qui permettront d’augmenter de manière significative le niveau d'ambition de la Directive sans engendrer de coûts directs ou associés. Ils contribueront tous, s’ils sont mis en place, à ouvrir la voie à une énergie plus efficiente en Europe, qui sera prête à affronter l'avenir. 4. Une plus grande reconnaissance de la nécessité de combiner les audits énergétiques avec les systèmes de gestion de l'énergie. Parce que les normes européennes et internationales existent déjà pour les systèmes de gestion de l'énergie, les entreprises devraient donc être libres de pouvoir les utiliser, selon leur préférence. La flexibilité est essentielle et va encourager leur adoption. 5. Une analyse entière du cycle de vie lorsque les organismes publics achètent des produits, systèmes, services et bâtiments. Parce que mettre l'accent sur l'ensemble du cycle de vie des investissements encouragera l'adoption de solutions économes en énergie qui seront aussi rentables à moyen ou long terme. Octobre-Novembre-Décembre 2012 – N°628 53

Maintenance et entreprise - Découvrez la revue en version digitale

Pour vous abonner, joindre la rédaction, communiquer dans la revue ou simplement avoir plus d'informations sur votre métier, rendez-vous sur notre site internet :

www.maintenance-entreprise.com