Views
1 year ago

Maintenance & Entreprise n° 628

  • Text
  • Solutions
  • Mise
  • Travail
  • Groupe
  • Permet
  • Ainsi
  • Produits
  • Gmao
  • Gestion
  • Maintenance
Spécial maintenance expo 2012

Retour d’expérience

Retour d’expérience ayant, au côté de l’Etat et de l’Ademe, apporté au projet un soutien qui a conforté M. Ibrahim H. Ababtain dans sa décision de reprise. Il est à noter que, si environ 20% du capital de Al-Babtain est placé à la Bourse de Riyad, la société dont M. Ababtain est le PDG demeure une affaire familiale, cinq membres de la famille siégeant au conseil d’administration. Ce qui est de bon augure pour la stabilité retrouvée du management et la mise en œuvre d’une stratégie pérenne de développement pour l’entreprise créée par M et Mme Petitjean au siècle dernier. La maintenance, des compétences critiques été préféré à un éventuel repreneur allemand comme offrant de meilleures synergies tout à la fois au plan commercial et de production. Les deux sites d’Al-Babtain à Riyad et au Caire produisent en effet essentiellement des tours en treillis et des pylônes de fortes dimensions pour le transport d’électricité. Ses marchés sont essentiellement au Moyen-Orient, en Afrique et en Russie. Avec une clientèle essentiellement européenne (et française à 60%), mais porteur d’un design « made in France » susceptible de séduire à l’étranger, Petitjean représente une bonne opportunité de complémentarité et de développement international sur le haut de gamme du mât. Le point noir, c’est la nécessité d’une importante remise à niveau des équipements. Al-Babtain a une logique non de financier mais véritablement d’industriel soucieux de s’engager sur le long terme. Le Saoudien connaît en outre parfaitement les exigences de production du site de Petitjean puisque sa société assure une production similaire au Moyen-Orient. Les premiers investissements – 20 millions d’euros au 1er septembre 2012 – font la preuve de la volonté de conserver la production de Petitjean en France, en élevant la qualité produits et la satisfaction clients. Ce sont là deux thèmes – liés à l’obsolescence de l’outil - sur lesquels Petitjean courrait le risque de dégrader rapidement son image. Avant la reprise, seules 60% des commandes étaient servies dans les délais… Revenons à la maintenance. Comme dans l’ensemble des industries traditionnelles dans notre pays, la moyenne d’âge est relativement élevée. Et les départs, trop souvent non remplacés, touchent tout particulièrement les effectifs de maintenance, comme le souligne Thierry Ehrhardt, le directeur de production : « Suite au dépôt de bilan, le site a souffert d’une importante perte de compétences, notamment en maintenance ». De plus, la galvanisation est un métier très particulier exigeant des opérateurs mais aussi des techniciens de maintenance une expertise particulière. Pour la durée des travaux de rénovation de l’atelier de galvanisation, ses effectifs sont venus rejoindre et renforcer l’équipe de maintenance générale des autres ateliers. Ils rejoindront leur poste à la galvanisation lors de la remise en production. 5 à 6 recrutements viendront alors compléter les effectifs de maintenance qui sera alors d’au moins 25 personnes (pour environ trois cents personnes en production sur un effectif global de 460 personnes). Chaque recrutement sera Un nouvel atelier de galvanisation Les nouveaux repreneurs ont reconstitué une nouvelle équipe de management avec un directeur de site (Paul Quéveau) et un directeur de production (Thierry Ehrhardt), un directeur financier, un responsable marketing, et, plus récemment, un responsable QSE… La protection de l’environnement est un enjeu fort du site de production, notamment pour ce qui concerne l’atelier de galvanisation dont les bains d’acide et les opérations génèrent des rejets comme les vapeurs chargées en zinc qu’une réglementation de plus en plus stricte exige de traiter. Seule l’emprise de l’atelier sera conservé, mais il sera recouvert à neuf et l’ensemble des équipements seront renouvelés : 9,5 millions d’euros supplémentaires vont être investis dans la galvanisation et la finition. Le nouvel atelier sera opérationnel dans six mois, d’ici là la galvanisation fait l’objet de sous-traitance. Alors que les capacités françaises en galvanisation tendent à se réduire en France, c’est un autre signal fort que le repreneur étranger a envoyé de sa volonté et de son soutien au maintien d’une production industrielle dans l’hexagone. Les pouvoirs publics ne s’y sont pas trompés, les collectivités territoriales 42 Octobre-Novembre-Décembre 2012 – N°628

Retour d’expérience associé à un plan de formation de six mois à un an, prévient M. Ehrhardt. Indispensable pour retrouver et reconstituer les savoir faire perdus ou menacés. Les matières entrent pour 40% dans le prix de revient des mâts d’éclairage, un taux plutôt faible qui s’explique par la valeur ajoutée apportée par le design. Le nouveau directeur du site – il vient du secteur automobile où il a été rodé à la démarche - va d’ailleurs entreprendre une politique systématique de dépôt de brevets afin de défendre et préserver les avantages compétitifs de Petitjean en matière de design de produits, un atout visà-vis des concurrents sur le marché de l’équipement urbain. L’entreprise subit néanmoins le contrecoup de l’augmentation des métaux et du prix de l’acier, fournis par Arcelor Mittal. Le stock de matière première à l’usine couvre un mois et demi des besoins de la production, ce qui équivaut aux six semaines de délais de livraison qu’exigent les fournisseurs d’acier. Le responsable Qualité qui arrive va devoir préparer l’audit de reconduction de la certification qualité ISO 9001, à intervenir d’ici la fin de l’année. Il devra également entreprendre très vite la démarche de qualification selon la norme environnementale ISO 14000, démarche qui sera évidemment très liée à la rénovation et à la mise en production de l’atelier de galvanisation. Les sites d’Al-Babtain détiennent déjà ces deux certifications. Jean-François Romain Mise en œuvre du lean La nouvelle direction a entrepris de réorganiser le cheminement de la chaîne de production, actuellement par lots, vers un flux continu de façon à éviter les ruptures et reprises, les stockages tampons, les manutentions contraignantes de produits lourds et très volumineux. Rien ne remplace l’expérience du terrain, reconnaît de façon pragmatique le directeur : c’est en regardant et en écoutant les opérateurs eux-mêmes que les changements sont mis en œuvre. MM. Ibrahim H. Ababtain et Paul Quéveau + de 34 000 Produits sur mesure pour travailler en sécurité Retrouvez nous sur votre smartphone ! Tél. 03 20 01 96 78 • Fax 03 20 01 06 07 www.seton.fr Demandez notre catalogue, IL EST GRATUIT ! FL_ENC-AQ4-FR_190x125.indd 1 Octobre-Novembre-Décembre 2012 – 18/10/2012 N°628 15:59:29 43

Maintenance et entreprise - Découvrez la revue en version digitale

Pour vous abonner, joindre la rédaction, communiquer dans la revue ou simplement avoir plus d'informations sur votre métier, rendez-vous sur notre site internet :

www.maintenance-entreprise.com