Views
2 years ago

Maintenance & Entreprise n° 628

  • Text
  • Solutions
  • Mise
  • Travail
  • Groupe
  • Permet
  • Ainsi
  • Produits
  • Gmao
  • Gestion
  • Maintenance
Spécial maintenance expo 2012

GMAO liorations qui ont

GMAO liorations qui ont été jugés particulièrement pertinents et donc introduits dans les releases suivantes… ». Satisfaire des demandes spécifiques Un exemple : « Nous avons ainsi demandé des programmes spécifiques, par exemple pour identifier et isoler les stocks « dormants » (c’est-à-dire les pièces de rechange n’ayant pas connu de mouvement dans un laps de temps donné, NDLR). La fonctionnalité du programme de base de gestion des stocks a donc été affinée conformément à notre exigence. Suivant le rythme des trois huit, avec équipe du matin, d’aprèsmidi et de nuit et avec des périodes d’astreintes, le service maintenance sur le site Fala de Strasbourg compte 35 personnes qui opèrent également sur le site voisin de Bio Springer, autre membre du groupe Lesaffre. Les deux usines sont reliées par un pipe permettant à Fala d’alimenter son voisin en crème de levure utilisée par Bio Springer dans la fabrication d’exhausteurs de saveurs et d’aromatisations pour les industries agroalimentaires ou la pharmacie. Les équipements critiques exigeant une maintenance particulièrement attentives ne manquent pas : « Nous produisons nous-mêmes nos énergies, de la vapeur, de la pression, de l’air comprimé et surpressé, du froid… Les équipements concernés dans ces productions sont évidemment particulièrement critiques pour le site, comme les compresseurs ou encore les pompes car nous utilisons beaucoup d’eau dans nos process. » Les centrifugeuses, les palettiseurs pour l’emballage constituent d’autres familles d’équipements exigeant une attention particulière. Des contrats de maintenance sont passés avec des prestataires extérieurs, notamment pour les automatismes et des machines particulières. « En raison d’obligations réglementaires, nous devons aussi faire appel à des prestataires de services certifiés, par exemple pour les groupes froid », précise M. Poiret. Un outil « démocratique » ouvert à tous L’accès à la GMAO est ouvert à tout le monde au sein de l’usine : « Dès le départ, nous n’avons pas voulu que la GMAO soit réservée à une « élite » de la maintenance », explique M. Poiret. Chacun peut ainsi faire une demande d’intervention, via son encadrant contremaître ou chef d’équipe. La demande transmise au service maintenance sera, selon les critères et 36 Octobre-Novembre-Décembre 2012 – N°628

les niveaux d’urgence, soit prise immédiatement en charge par un électricien ou un mécanicien d’équipe ou bien relayée auprès du contremaître qui affectera un délai d’intervention et des moyens en fonction de la disponibilité des ressources… Chaque technicien peut enregistrer directement les données de l’intervention, émettre les bons de sortie, consulter l’historique de l’équipement… L’arborescence usine a été refaite il y a trois ans lors d’une évolution majeure de la GMAO Mainta et comporte à ce jour huit mille références. La GMAO permet naturellement d’établir des indicateurs de performance, importants pour justifier de l’activité d’un service dont on sait bien qu’il est souvent vu comme un centre de coûts et dont on voit rarement les apports concrets et la valeur ajoutée dans l’entreprise. 1400 interventions en moyenne sont réalisées par mois, du préventif pour un tiers et autant pour les interventions amélioratives (amélioration de production, de sécurité…). Les contrôles préventifs, et les indicateurs d’intervention, permettent de détecter les équipements vieillissants et joue un rôle dans la fiabilisation de l’outil de production, souligne M. Poiret. « Les contrôles et les analyses vibratoires sont réalisés à l’interne, on fait appel à l’Apave ou d’autres prestataires spécialisés pour la thermographie ou d’autres contrôles non destructifs (CND), d’épaisseur ou ultrasonores ». La GMAO permet de gérer le planning annuel et le suivi des nombreux contrôles réglementaires concernant les chaudières, les bacs sous pression, les équipements électriques et de levage, les eaux et les rejets… Préserver la capacité d’évolution « Tout progiciel doit savoir évoluer et suivre les changements et les contraintes nouvelles de l’entreprise », rappelle M. Poiret. « Il y a 14 ans, il s’agissait d’accompagner la structuration de l’entreprise notamment à travers la démarche de certification ISO 9001, formaliser l’organisation et les pratiques pour en assurer la pérennité et la transmission ». La GMAO a alors fortement contribué à structurer l’organisation du service de la maintenance. « Nous sommes pleinement devenus des prestataires de services, contraints à la transparence et à rendre des comptes à nos clients à l’interne. Nous avons pu également progresser dans nos interventions et notre pratique grâce à l’analyse des indicateurs fournis par la GMAO. » Aujourd’hui, le logiciel doit intégrer les nouvelles contraintes liées par exemple à de nouvelles réglementations agroalimentaires ou encore contribuer aux actions de l’usine en faveur des économies d’énergie. La GMAO doit permettre d’identifier les équipements vieillissants, à la fois énergivores et à la maintenance coûteuse. Et permettre d’établir le rapport de coûts entre la poursuite d’une maintenance de plus en plus onéreuse en regard de l’investissement dans un matériel neuf. On le voit, la GMAO est devenu le premier soutien aux nouveaux défis de la maintenance… Jean-François Romain Octobre-Novembre-Décembre 2012 – N°628 37

Maintenance et entreprise - Découvrez la revue en version digitale

Pour vous abonner, joindre la rédaction, communiquer dans la revue ou simplement avoir plus d'informations sur votre métier, rendez-vous sur notre site internet :

www.maintenance-entreprise.com